• Alcool, cirrhose et fer

    hémochromatose est une maladie génétique qui provoque une accumulation de fer dans l’organisme (voir: L’hormone de régulation du fer découverte par hasard . Les personnes atteintes de cette maladie, souvent silencieuse, et qui consomment de l’alcool en excès ont un risque d’évolution vers la cirrhose, multiplié par 10. Le dépistage précoce de ces patients à risque est à l’étude. Il permettrait de leur conseiller des mesures préventives, notamment l’abstinence vis-à-vis de l’alcool.


    Qu’est-ce que l’hémochromatose


    hémochromatose est une maladie génétique caractérisée par une accumulation de fer dans l’organisme. La grande majorité des patients « hémochromatosiques » (90%) ont une forme homozygote de la maladie, c’est-à-dire que l’anomalie génétique portant sur le chromosome 6, leur a été apportée par leurs deux parents (chacun des deux parents étaient porteurs de la maladie).

    Une maladie silencieuse

    Cette accumulation est consécutive à une augmentation de l'absorption du fer par le tube digestif, augmentation qui ne peut être compensée par les mécanismes normaux de l'excrétion de fer qui sont très limités. Cliniquement, cette maladie demeure longtemps silencieuse, notamment chez la femme. En effet, les grossesses et surtout les menstruations (les règles) occasionnent des pertes de fer qui compensent durant un temps, le phénomène d'accumulation du fer qui caractérise cette maladie.

    Un foie particulièrement sensible à l’alcool

    L'hémochromatose est donc généralement découverte à l'occasion d'une de ses complications, notamment un diabète ou une cirrhose. L'hémochromatose est donc potentiellement grave du fait de son risque d'évolution vers la cirrhose. Ce risque est lui-même augmenté par la consommation d'alcool comme vient de le démontrer une étude publiée dans la revue de référence des hépato-gastro-entérologues, Gastroenterology.

    L’alcool multiplie par 10 le risque de cirrhose

    Ainsi, 224 sujets porteurs d’une hémochromatose homozygote, ont été suivis et ont subi une biopsie du foie. Tous ceux ayant une hépatite virale ou un état pré-cirrhotique ont été écartés. Les autres ont été répartis en deux groupes selon que leur consommation d’alcool dépassait ou non 60 grammes d’alcool par jour. Il s’avère que 6 % seulement de ceux qui buvaient moins de 60 grammes d’alcool par jour présentaient déjà une sévère atteinte du foie contre 61 % de ceux qui avaient une consommation supérieure. Cette atteinte précède souvent la cirrhose. L’étude démontre clairement que les patients porteurs d’une hémochromatose multiplient par 10 leur risque de cirrhose en ayant une consommation supérieure à 60 g d’alcool par jour.

    Un dépistage systématique pour une meilleure prévention

    Cette étude apporte un argument supplémentaire à ceux qui se déclarent en faveur du dépistage systématique de l’hémochromatose, de manière à pouvoir recommander très tôt aux porteurs d’une forme homozygote, des mesures efficaces visant à diminuer les risques associés à cette maladie.

    27/05/2002
    Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique

    Fletcher L.M. et coll., Gastroenterology, 2002; 122: 281-289. CFES, mars/avril 2002

    Lient trouvé sur :
    http://www.e-sante.be/be/magazine_sante/sante_prevention_dependances/alcool_cirrhose_fer-557-517-art.htm

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :