• L'hormone de régulation du fer découverte par hasard

    Voulant étudier un gène impliqué dans le métabolisme du glucose, des chercheurs français ont réussi à identifier une hormone recherchée depuis plus de 40 ans, celle qui régule l'absorption du fer dans l'organisme.

    Le fruit du hasard


    Gaël Nicolas et Sophie Vaulont, chercheurs français travaillant à l'hôpital Cochin (Inserm), avaient élaboré une lignée de souris dans laquelle un gène impliqué dans le métabolisme du glucose avait été inactivé. A leur grande surprise, leurs souris avaient développé des symptômes ressemblant étrangement à ceux d'une maladie génétique humaine, l'hémochromatose. Cette maladie provoque en effet, un stockage excessif de fer dans l'organisme qui entraîne des atteintes au niveau du foie, du pancréas et du système cardio-vasculaire. Or, le gène inactivé n'avait a priori aucune relation avec la régulation du fer.

    Une hormone recherchée depuis 40 ans

    Voulant expliquer le phénomène, les chercheurs ont alors poussé plus loin leurs investigations et se sont rendu compte qu'un autre gène avait lui aussi été inactivé. La petite protéine pour laquelle il codait (chaque gène permet de fabriquer une protéine particulière ayant un rôle spécifique dans l'organisme) était sécrétée par le foie et pouvait donc bien être l'hormone de régulation du fer recherchée depuis quarante ans, l'hepcidine. Celle-ci semble freiner l'absorption du fer au niveau intestinal. C'est pourquoi, en son absence, l'organisme stocke trop de fer et développe une hémochromatose. En cas d'excès au contraire, l'organisme n'absorbe plus le fer et souffre d'anémie.

    Un espoir pour les malades souffrant d’hémochromatose

    Si le mode d'action de cette hormone n'est pas encore connu, les modèles animaux qui ont été développés (déficitaires ou excédentaires en hepcidine) permettront d'étudier le métabolisme du fer. Ils favoriseront aussi la mise au point des traitements capables de moduler l'absorption du fer par l'organisme. Dans les pays occidentaux, une personne sur 300 est atteinte d'hémochromatose et de tels traitements leur permettraient d'éviter les saignées parfois très fréquentes, indispensables pour diminuer la surcharge en fer.

    22/04/2002
    Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique

    Nicolas G. et coll. Proceedings National Academy of Sciences USA, 2 avril 2002, Vol. 99, n°7.

    Lien trouvé sur :
    http://www.e-sante.be/be/magazine_sante/sante_magazine/hormone_regulation_fer_decouverte_par_hasard-484-251-art.htm


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :